La moto expliquée par C’est pas sorcier

Vous êtes nostalgiques des épisodes éducatifs de C’est pas sorcier ? Je vous propose de retrouver Fred et de Jamy pour un épisode dédié à la moto. Au programme, un peu d’histoire de la moto, une explication de la différence entre les moteurs 2 temps et 4 temps, la fonctionnement de la transmission et de la boite de vitesse, un point sur le freinage, le contre braquage, l’inertie et l’effet gyroscopique et un point sur la sécurité routière avec un test de choc sur un casque. Magnéto serge !

L’épisode débute avec une présentation des moto « toujours roulantes » dont une motobécane datant de 1924, une Norton 600cm3 de 1967, et une Blue Star qui a battu le record de vitesse sur l’anneau de Linas-Montlhéry en 1936. On conclue ensuite avec quelques images de 1907, présentant la première course de renommée mondiale sur l’île de man remportée par une Norton.

A cette époque les moto anglaises ne sont pas les seules sur la marché, on retrouve par exemple des BMW réputées pour leur fiabilité, ou les Harley Davidson. C’est à partir de 1950 que les moto japonaise font leur entrée.

Jamy présente ensuite la différence entre les moteurs 2 temps et 4 temps. Dan le premier cas, 2 temps, le moteur fonctionne en 2 temps : un premier temps qu’on appelle l’admission, et un 2ème temps : l’explosion.

Le moteur 2 temps doit être alimenté par un mélange huile essence qui permet de permettre la lubrification du cylindre. Le problème est qu’en brûlant, l’huile produit beaucoup de fumée à cause su mélange non brûlé, ce qui est plutôt polluant.

Le moteur 4 temps fonctionne avec des soupapes qui contrôlent l’arrivé du carburant et l’échappement des gaz brûlés. Dans un 1er temps nous avons l’admission, en 2eme temps la compression, en 3eme temps l’explosion, et enfin en 4eme temps l’échappement des gaz.

Les moteurs 2 temps sont plus puissants et lus faciles à entretenir que les 4 temps. Cependant, les moteurs 2 temps consomme généralement plus ce qui les rend peu performant pour les course d’endurance par exemple, alors qu’ils sont très prisés pour le motocross.

Pour réguler la température des moteurs, nous avons eu un refroidissement a air qui a pour beaucoup de modèles été remplacé par un refroidissement liquide, qui se révèle plus performant, notamment quand la moto est à l’arrêt.

Ensuite, Fred fait un test de freinage. A 100 km/h il faut environ 100 mètres pour s’arrêter. On peut calculer ce chiffre en multipliant dizaines de la vitesse par 10 (ici 10*10). Cette distance est bien entendu augmentée en cas d’adhérence réduite ou de pneus / feins / suspension défectueuses.

On termine ensuive avec un test de choc sur un casque, constitué d’une coque et d’un protection interne en polystyrène qui absorbe le choc.

Je vous laisse découvrir la suite ! Pour plus d’info sur la sécurité routière à moto, je vous conseille cet excellent article.

2 réactions sur “La moto expliquée par C’est pas sorcier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *