7 raisons de détester les gens qui roulent en scooter

Une fois n’est pas coutume, je vous propose un petit billet d’humeur sur les scootéristes (j’ai découvert l’existence de ce terme en rédigeant de billet!) et ces petites choses qui font que ce sont les vilains petits canards du monde des 2 roues.

1 – Le scooteriste est multi-tâche

Le scooteriste est multi-tâche, oui oui ! Fumer en roulant, caler son téléphone dans le casque pour profiter du trajet pour discuter avec madame, taper un petit texto vite fait au feu rouge, le scooteriste n’a pas de temps à perdre. Et parfois, il y a en même qui écoutent de la musique !

2 – Le scooteriste a peu d’expérience du 2 roues

Il suffit d’être titulaire d’un permis B depuis plus de 2 ans pour pouvoir être au guidon d’un scooter de moins de 125cm3. Trop peu suffisant pour appréhender toutes les spécificités de la conduite d’un 2 roues. Quand on sait que pour conduire une moto il faut passer le permis B qui comporte des épreuves en et hors circulation, des enseignements théoriques (à connaitre quasi-par coeur) et des enseignements de mécanique moto, le fossé est énorme !

Ceci explique certainement pourquoi les scootéristes font souvent preuve d’imprudence voir parfois d’inconscience !

3 – Le scooteriste n’est pas passionné

La majorité des personnes roulant en scooter le font parce que c’est soit leur seul moyen de locomotion (les jeunes par exemple) ou parce que c’est un moyen pratique de se passer de voiture en ville et donc d’éviter ses contraintes telles que les fameux bouchons. Le scooter représente un moyen de locomotion et pas un objet de passion.

4 – Le scootériste se fiche de la sécurité

Par ces températures estivales combien de fois croisons nous des scooteristes sans aucun équipement de sécurité. Pas de gants, pas de pantalon, un t-shirt et parfois même en tongues !

5 – Le scootériste est une fashion victime du casque jet

Même si c’est parfait pour s’en griller une sur la route, je me suis toujours demandé quel effet cela fait de chuter avec ce type de casque. Quoi qu’il en soit les fabriquant font tout leur possible pour proposer des modèles fun et insolites. Mais rien ne vaut un bon vieux casque intégral !

6 – Le scootériste ne communique pas

Si vous imaginez que le scootériste pourrait vous saluer en croisant votre chemin, vous remercier de lui laisser le passage, détrompez-vous ! Par contre, il sera le premier à jouer du klaxon quand vous gênez son passage sur la route !

7 – Le scootériste est daltonien

Le proportion de daltoniens conduisant un scooter semble être importante puisque beaucoup ont du mal à distinguer les feux tricolores lorsqu’ils sont au rouge. C’est encore plus visible dans la capitale, puisque beaucoup partent toujours quelques bonnes secondes avant que le feu passe au vert…

Loin de moi l’idée de faire des généralités, mais il faut admettre que ces défauts sont particulièrement irritables en Île de France. Vos avis sont les bienvenus 😉

7 réactions sur “7 raisons de détester les gens qui roulent en scooter

  1. Je pense que tu dis beaucoup de vrai mais attention à ne pas généraliser ! Parfois on peut être passionné de moto, être motard, mais aussi rouler en scooter parce que quand on vit dans un pays chaud et qu’il faut quand même penser sécurité, bah se couvrir intégralement sous 40°C pour faire de la moto c’est pas très confort 😉 ! Faire du scooter en short ou en robe ce n’est pas non plus ce qu’il y a de mieux mais après, il faut être prudent …
    En tout cas, moi aussi ils me gonflent les scooteristes !

    • Pour être franc, j’ai hésité à poster ce billet justement pour ne pas donner l’impression de généraliser, ce qui n’est pas mon objectif. Mais à force de voir des comportement irrespectueux sur la route (surtout à Paris), ça fait du bien de se lâcher 😉

      Merci pour ton commentaire !

      • Ah mais tu as bien fait ! Après tout, tu as bien le droit de dire ce que tu penses quand même 😉 ! De toute façon, tu as bien précisé que tu ne généralises pas et effectivement, si tu es à Paris, tu as toutes les raisons d’être tant agacé ! 😉
        Au passage, tu pourrais aussi faire un billet sur les conducteurs de voitures (pour ne pas généraliser en disant « les parisiens » :p) qui ne regardent pas dans leur rétro et coupent très souvent la route aux motards … Grrrr ceux-là aussi méritent des baffes !!!

  2. Bonjour,

    Et oui, ne généralisons pas, peut être qu’un jour à force d’utiliser la moto en semaine, notre moto passion deviendra une moto utilitaire et on finira par se demander si le passage au scooter sportif ne serait pas la suite logique et pratique…

    Bon nombre de collègue sont ainsi passer à ces scooter à permis moto.

    Autrement, je rajoute deux points :

    1. Les scooters ne connaissent pas leur droite de leur gauche : ils doublent très souvent par la droite. Comme on ne les attend par par là, c’est dangereux. Et puis les rares clignotants sont souvent actifs du mauvais coté et trainent quelques minutes.

    2. Les scooters ne sont pas patients : sur le périph Parisien, certains veulent doubler à tout prix alors que la file indienne est d’une longueur record.. mais pourquoi ? J’en ai rattrapé quelques un pour leur parler en langage animé de geste, ils n’ont rien compris mais ça soulage 🙂

    Sur ce deuxième point, il y a aussi l’inverse, des personnes trop délicates sur les scoots, qu’on aimerait bien secouer ! Ah le partage de la route, tout un programme !

    Tomber sur ce blog par hasard, je reviendrais voir les articles 🙂

  3. Entieremment d’accord avec toi 🙂 je commençais même à me sentir seul!
    On à beau dire que le scooter est la suite logique du motard utilitaire et bien excusez moi mais je suis motard passionné avec mon tout beau permis A1 et j’utilise ma monture avec une fonction utilitaire (un supermot) alors que ce n’est absolument pas sa fonction x) et pour rien au monde je prendrais un scoobite à la place… même pas pour le confort …

  4. Il est certain que votre coup de gueule est compréhensible quand on voit toutes les contraintes dont s’affranchissent et dont peuvent s’affranchir les scootéristes au péril de leur sécurité.

    Le fait d’être sur un scooter fait immédiatement chuter le niveau de risque perçu par le conducteur moyen comparé à si il était à moto. Pourtant, c’est tout aussi dangereux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *